01août 2013

JOE ABERCROMBIE - Before They Are Hanged (Déraison et Sentiments)

The Blade Itself, premier volume de The First Law n'avait été en fait qu'une longue introduction, la présentation fouillée, en pleine action, des singuliers personnages qui animeraient l'ensemble de la trilogie du Britannique Joe Abercrombie. Ce n'est donc qu'avec le second volume, Before They Are Hanged, que l'aventure commence pour de bon, que l'intrigue prend forme, et que, peu à peu, grâce aux leçons d'Histoire professées au fil de l'eau par le mage Bayaz, aux découvertes de l'inquisiteur Glokta et aux confidences partagées par une poignée de sauvages qui changent de camp, le lecteur commence à comprendre le contexte, et à saisir progressivement de quoi il retourne.

JOE ABERCROMBIE - Before They Are Hanged

Gollancz :: 2007 :: joeabercrombie.com
acheter ce livre en VO :: acheter ce livre en VF

Maintenant, donc, c'est bien parti. Les intrigues parallèles qui composent ce volume ont cette fois des motifs clairs : pour le tortionnaire Glokta, il s'agit de tenir coûte que coûte la ville assiégée de Dagoska, et de démasquer les traîtres qui sévissent en ses murs ; pour le major West, promu colonel, et pour la bande dont fait partie le Dogman, il faut s'efforcer de défaire les armées pleines de ressources du belliqueux Bethod ; pour Jezal dan Luthar, Logen Ninefingers et Ferro Maljinn, le but est d'aider le mage Bayaz à mettre la main sur un artefact surpuissant qui lui permettra de défaire son éternel rival, Khalul le Prophète.

Une cité aux abois cernée par des forces ennemies, des combats épiques et des batailles désespérées à foison, la longue quête d'une sorte de Saint Graal, avec, en arrière-plan, les luttes internes d'un ordre occulte de magiciens présidant aux destinées du monde… Présentés ainsi, The First Law en général, et Before They Are Hanged en particulier, ne semblent rien changer aux routines de la fantasy. Mais c'est sans compter sur le style d'Abercrombie, qui s'emploie à pervertir le genre de l'intérieur. Avec lui, le grand mage surpuissant de l'histoire est soupe-au-lait et impatient. L'officier sans peur ni reproche est colérique et violent. Le sauvage repoussant et brutal est en fait un philosophe. Et aucune des intrigues, malgré leurs airs si familiers, ne se termine vraiment comme attendu.

La vie des héros n'est pas rose, en effet. Ils s'en prennent plein la figure, ils subissent en série des blessures morales et corporelles irrémédiables. Abercrombie excelle d'ailleur particulièrement à décrire la douleur, tant physique que psychologique. La guerre et les combats sont décrits pour ce qu'ils sont, des mêlées anarchiques ou tout n'est que peur et improvisation, la souffrance engendrée par les coups est présentée en détail, et la guérison est toujours imparfaite : on ne revient jamais intact de ses aventures.

Rien, donc, ne se passe comme prévu, les plans échafaudés par les protagonistes de l'histoire tombent à l'eau, les attitudes des uns suscitent continument l'incompréhension des autres. Et tout cela, comme dans le livre précédent, est une source infinie de situations cocasses, d'éclats de rire, d'humour. Souvent noir, l'humour, mais pas toujours. Car si The First Law est souvent cité en exemple pour démontrer la marche de la fantasy contemporaine vers toujours plus de noirceur, ce n'est pas pour autant une œuvre amorale.

Before They Are Hanged, en effet, tout pessimiste soit-il, est un plaidoyer contre l'égoïsme. Dans chacune des trois intrigues, les héros n'avancent que quand ils dépassent leurs préjugés : ainsi Glokta comprend-il qu'il doit ménager la population indigène conquise s'il veut préserver la ville de Dagoska ; le colonel West n'obtient des résultats qu'en acceptant l'aide de sauvages que ses collègues exècrent ou dédaignent ; et surtout, la jolie collection d'individualités qu'a réunie Bayaz pour accomplir sa quête, au terme d'un long voyage commencé dans l'hostilité, le mépris et la méfiance, finit par développer quelques affinités.

Logen Ninefingers, tueur aguerri, mais qu'une vie agitée a rendu sage, professe explicitement la morale de l'histoire au cour de ses échanges avec son contraire, Jezal dan Luthar, jeune noble civilisé à la tête farcie d'idée de prouesses et de gloires, et qui voit ses principes sérieusement ébranlés par une première véritable expérience avec le danger :

"You treat folks the way you'd want to be treated, and you can't go far wrong. That's what my father told me. Forgot that advice, for a long time, and I done things I can never make up for (…). Still, it doesn't hurt to try. My experience? You get what you give, in the end" (p. 305)

Joe Abercrombie est psychologue de formation. Et à nouveau, cela se ressent. Dans The Blade Itself, il nous présentait en détail la façon de penser de ses personnages, leur mécanique interne. Dans Before They Are Hanged, avec autant de finesse, il décrit leurs interactions, il nous montre comment leurs aventures communes vont subtilement et progressivement changer leurs opinions sur les autres, sans pour autant qu'ils se défassent de tous leurs égoïsmes. Au bout de l'aventure, ils ne sont pas devenus les meilleurs amis du monde, ils s'insupportent encore parfois les uns les autres, mais au moins, ils sont capables de se serrer les coudes. Et cette solidarité, potentiellement, offre de nouveaux ressorts dramatiques à la saga, préparant idéalement son ultime volume.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0