JACQUES COTIN - Dictionnaire des Postures Amoureuses

Picquier :: 2001 :: acheter ce livre

Le principe de ce dictionnaire est prometteur : compiler en un seul volume la description de nombreuses positions, classiques ou étranges, trouvées au sein de manuels et d’ouvrages licencieux venus du monde entier. Le Kâma Sûtra bien sûr, est l’un d’entre eux. Mais on y trouve aussi cités Le Bréviaire Arabe de l’Amour, Les Paradis Charnels, Les Quarante Manières de Foutre, La Putain Errante, Le Jardin Parfumé, et d’autres encore.

Et forcément, rien qu’à cause du sujet, c’est très bien. Personne n’a encore trouvé valeur plus sûre que l’érotisme, personne n’a identifié sujet plus universel que le sexe. Intrigant, truculent, émoustillant, et souvent amusant, ce Dictionnaire des Postures Amoureuses atteint très naturellement (ou pas naturellement du tout, ça dépend des positions en question…) son objectif. Pourtant, il n’est pas complètement satisfaisant.

Le premier hic est caractéristique de toute compilation. Il tient à l’hétérogénéité des sources. Sous prétexte de cosmopolitisme et d’exhaustivité, Cotin mélange tout et son contraire. Des extraits si techniques et descriptifs qu’ils en sont a-érotiques, ceux du Kâma Sûtra par exemple, côtoient des poèmes ou des petits contes libertins dont la vocation est précisément de chatouiller les sens, quand ils ne prennent pas carrément la forme d’une farce (toutes ces variantes en fonction de la taille et du poids des "fouteurs" ou de leurs sexes...). Certaines postures sont réalistes, d’autres très acrobatiques voire complètement fantaisistes. Une majorité au moins relative de textes présentent les différents types de coït possibles entre un homme et une femme, quand d’autres, moins nombreux et moins exhaustifs, mettent en scène attouchements, triolisme, orgie ou homosexualité.

L’ouvrage souffre de sa diversité, tout comme de son contraire : le nombre limité de ses sources. Elles paraissent nombreuses, mais ce sont finalement toujours les mêmes qui reviennent perpétuellement, en particulier ces manuels d’érotisme façon Kâma Sûtra et Bréviaire Arabe de l’Amour, donnant à l’ensemble un aspect répétitif. L’instigateur de ce dictionnaire a bien tenté de mettre des extraits de textes plus littéraires, mais ils ne sont présents que de manière parcimonieuse. Pourquoi, par exemple, citer Gamiani ou Deux Nuits d'Excès et pas Les Onze Mille Verges ? Une histoire de droits, peut-être…

De fait, à la lecture de son Dictionnaire des Postures Amoureuses, on a le sentiment que Cotin a fait ce qu’il a pu avec les moyens du bord, qu’il a assemblé à la va-vite ce qu’il avait sous la main, en premier lieu d’autres ouvrages édités dans sa propre collection, sans vraiment jouer au cratedigger, ni chercher à assembler tout cela en cohérence.

Reste cependant un ouvrage qui aura le mérite d’enrichir considérablement notre vocabulaire érotique (il y a même un dictionnaire supplétif en fin d’ouvrage, en guise de lexique) et de se lire tout seul, comme n'importe quel film porno mal fichu qui, de toutes façons, parviendra toujours à captiver son auditoire. Car le sexe, c’est comme la pâte à crêpe. Ca marche à tous les coups, c’est forcément réussi, c’est toujours bon.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0
codotusylv

Author: codotusylv

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

cc

ESPARBEC - La Pharmacienne

Commençons par exposer les choses clairement : ce livre est nul. L'auteur affirme qu'il devrait, en toute logique, exister de bons romans pornos, comme il y a de bons polars, ou de bons livres de science-fiction. Assurément, oui, ça devrait être le cas. Mais La Pharmacienne n'est pas celui-ci. L'histoire, un huis-clos entre cinq personnes dans une maison bourgeoise, avec au centre une MILF qui a le feu au cul (la fameuse pharmacienne), ressemble à du mauvais théâtre de boulevard. Et les scènes de sexe se résument pour l'essentiel à une succession attendue de turlutes et de sodomies, mettant systématiquement en scène un vilain pervers et une fausse oie blanche qui minaude, mais qui au fond aime ça, avec quelquefois un troisième larron dans la position du voyeur. Même cette anomalie qu'est la scène homosexuelle de la fin, suit en fait quasiment le même schéma que toutes les autres.

Lire la suite