22avr. 2020

STEFAN PLATTEAU - Meijo

Avec Meijo, troisième tome des Sentiers des Astres, Stefan Platteau continue de nous conter plusieurs histoires en parallèle, sur un mode proche des Contes de Canterbury. La principale nous parle d'un groupe d'aventuriers parti à la recherche d'un oracle légendaire à travers une dangereuse forêt boréale. Mais dans le même temps chacun de ses membres, à tour de rôle, retrace son propre parcours, présentant à chaque fois un autre pan de l'univers imaginé par l'écrivain belge. Ils se révèlent ainsi sous un jour ambigu, avouant à leurs compagnons de voyage les secrets troubles qui les ont conduits dans leur expédition nordique, éclairant cette dernière d'une nouvelle perspective.

stefan-platteau-meijo.jpg

Les Moutons Electriques / J'ai Lu :: 2018 / 2019 :: acheter ce livre

Dans le volume précédent, Shakti, le personnage dont il portait le nom, avait commencé à détailler les raisons de sa déchéance, de sa dégringolade de jeune princesse du nord en prostituée, en relatant à ses compagnons sa rencontre avec Meijo, son amant. C'est sous le nom de ce dernier qu'elle poursuit ce récit, et que celui-ci s'anime. Cette fois, la jeune femme a quitté son île d'origine. Désormais mère, elle prolonge ses errances (tout comme ses erreurs) dans cette partie du monde dénommé L'Héritage. Lesquelles vont la mener bien bas et, bien plus tard, la conduire à rejoindre l'expédition.

Comme toujours avec Stefan Platteau, un véritable littérateur qui aime installer des ambiances, qui prend le temps de décrire chaque recoin de son univers et qui recherche constamment le mot rare, c'est un récit lent et étiré que poursuit la narratrice, comme s'en plaint même l'un des personnages :

Et plus vous contez, et moins les choses sont claires pour moi. Ma Dame, on ne peut pas dire que vous preniez des raccourcis dans le récit ! (p. 448)

Cependant, à mesure qu'on approche de son dénouement, l'histoire de Shakti progresse plus vite que dans le précédent livre. Elle permet enfin de faire la lumière sur la personnalité de la dame en question, mais aussi, et surtout, sur celle de Meijo, qui apparait de plus en plus pour ce qu'il est : un goujat et un manipulateur, prêt à toutes les bassesses. Elle décrit habilement l'impuissance d'une femme dans ce monde médiéval violent, ainsi que le mécanisme par lequel un compagnon peut se transformer en souteneur, comment une histoire d'amour entre deux ingénus peut aboutir à une relation toxique et déséquilibrée. Et pourtant, elle le fait sans jamais en donner une image unilatérale et uniformément noire : la servitude de Shakti est aussi volontaire que subie, la complicité entre les deux amants est parfois réelle, les manigances de Meijo ne sont pas nécessairement dépourvues de sentiments.

Le récit annexe de Shakti, donc, s'anime. Et l'intrigue principale elle aussi, connait une accélération. Alors que, dans le livre précédent, d'haletantes premières pages exceptées, le récit était devenu statique, nos amis profitant d'un refuge temporaire chez le peuple des Teules, la course-poursuite avec leurs ennemis reprend désormais de plus belle. Avec elle, les personnages s'enfoncent toujours plus loin dans leur forêt, ils se perdent dans des grottes et s'égarent dans des marécages. Ils empruntent même des chemins de traverse, ces sentiers des astres qui donnent leur nom à la série, et ils basculent dans un autre monde, l'outre-songe, où ils vont être confrontés à l'éléphant que l'on contemple sur la couverture de l'édition de poche (laquelle, tout comme les précédentes, retranscrit admirablement l'atmosphère du récit).

Dans cette partie-là du récit, l'action revient, il y a du grabuge, des combats, des dégâts. Et tout un bestiaire pittoresque (des chauves-souris chamane, un poix-poisson, des brochets maléfiques...) entre en branle. Il y a même une confrontation directe avec les nendous, ces quasi-divinités puissantes, malfaisantes et repoussantes, qui ressemblent à s'y méprendre aux Grands Anciens de Lovecraft. L'ouvrage se termine par l'apothéose qui manquait au précédent, ce qui confirme que les deux livres étaient au bout du compte le début et la fin d'une seule histoire, un seul et même ouvrage découpé artificiellement en deux volumes par choix éditorial. Et qu'après lui, il sera temps pour un autre protagoniste de faire la lumière sur son trouble passé.

Et on a hâte de savoir lequel. Certes, ils sont longs ces Sentiers des Astres. Ils n'en finissent pas, on n'en voit pas encore le bout, loin s'en faut. Et sur une bonne portion d'entre eux, on se borne souvent à admirer béatement le paysage. Mais pour le moment, on est encore bien loin de vouloir les quitter.

PS : ah juste une chose, il était irritant de voir l'un des personnages qualifié à tout bout de champ de "vieil hibou". On dit "vieux hibou" plutôt, non ?

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 2
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5