14fév. 2007

ARTO PAASILINNA - La Douce Empoisonneuse

Paasilinna écrit beaucoup de livres, mais il raconte toujours la même histoire. Un jour, un citoyen ordinaire est précipité dans une suite d’aventures rocambolesques et vers une nouvelle existence plus satisfaisante que la précédente. Cette fois, il s’agit d’une respectable vieille dame transformée en serial killer.

ARTO PAASILINNA - La Douce Empoisonneuse

WSOY / Denoël :: 1988 / 2001 :: acheter ce livre
Traduit du Finnois par Anne Colin du Terrail

Arto Paasilinna écrit beaucoup de livres, mais il raconte toujours la même histoire. Un jour, un événement survient dans la vie terne d’un citoyen finlandais, qui le précipite dans une suite sans fin d’aventures rocambolesques, et par la même occasion, vers une deuxième existence plus réjouissante que la précédente. Dans La Douce Empoisonneuse, c’est d’une vieille dame dont il s’agit, la colonelle Linnea Ravaska, veuve respectable d’un ancien officier, qui a le malheur d’être régulièrement rackettée par un trio de jeunes délinquants stupides et sans scrupules, parmi lesquels son propre neveu. Elle s’en accommode, avec difficulté. Mais quand les voyous lui proposent de signer un testament en leur faveur, la vioque se rebiffe et envoie la police à leurs trousses. Forts mécontents de cette rebuffade, les trublions vont désormais chercher à se venger, pendant que leur victime se prendra de passion pour la science des poisons.

Une fois de plus, Paasilinna a inventé une histoire invraisemblable qui lui permet d’exploiter à loisir le comique de situation. On rit donc beaucoup avec les aventures de cette vieillarde déboussolée et des trois Pieds Nickelés qui veulent sa mort. La Douce Empoisonneuse est de ces romans qui font passer pour de doux dingues ceux qui les lisent dans les transports en commun. Les trois voyous étant particulièrement bêtes et méchants, les scènes hilarantes se multiplient. Il y a cette réception sabotée à l’Ambassade d’Argentine, le numéro d’un médecin septuagénaire qui se prend un instant pour un caïd de la mafia, ces tests d’empoisonnement sur d’innocents pigeons venus goûter les miettes de la gentille vieille dame, et bien d’autres péripéties encore.

Et puis il y a aussi cette nuée de personnages secondaires, imbéciles heureux dépassés par les événements, losers, has-been, dont Paasilinna dresse le portrait chaque fois qu’ils croisent le chemin de Linnea. Il y a tous ces protagonistes improbables, tous ces gens qui mériteraient un roman rien qu’à eux. Au cours de son parcours de serial killer involontaire, Linnea Ravaska croisera sans toujours les connaître une ancienne gloire aigrie de la flotte soviétique, un ferrailleur en bâtiment alcoolique et violent, un ingénieur forestier volage, une aide-cuisinière simplette, et tous auront leur propre lot d’aventures extraordinaires. Moins que jamais, Paasilinna est réaliste. C’est gros, comme dans un film de Gérard Oury (mais en bien plus drôle). Par des coups du hasard, par de divines providences, par leur bêtise à tous, les gentils de son livre sont récompensés et les méchants sévèrement châtiés, même parmi les personnages secondaires. Ainsi voit-on le vilain Jari se planter gaillardement la seringue de la vieille dans le bras, convaincu qu’il s’agit de drogue, oubliant que Linnea a déjà empoisonné son ami. Et l’écrivain finlandais pousse le vice jusqu’à poursuivre cette histoire de vengeance après la mort de ses protagonistes, jusqu’aux Enfers, sous le haut-patronnage de Belzébuth lui-même.

Tout ça n’est que conte, fantaisie, lubies du truculent et de l’imaginatif Paasilinna. Mais il y a un peu de vrai dans la psychologie de ses personnages quand il met en scène des délinquants capables des pires outrages, des meurtriers, un homme qui bat sa femme, un mari adultère, et d’autres pécheurs encore, toujours honnêtement convaincus de leur bon droit, quels que soient les méfaits qu’ils aient commis ou qu’ils s’apprêtent à perpétrer. La morale est une notion bien subjective, ça se transforme et ça s’accomode très facilement, semble nous dire Paasalinna, en plus de répéter le message qu’il recycle dans absolument tous ses livres, celui qui pourrait se résumer ainsi : la vie, finalement, ce n’est pas si grave.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0