Mot-clé - Robin Hobb

Fil des billets

23juin 2018

ROBIN HOBB - The Farseer (L'Assassin Royal)

Il est difficile de savoir exactement comment délimiter le cycle appelé en France L'Assassin Royal. Ce nom est en fait celui d'un seul roman, le second d'une trilogie nommée The Farseer, un titre difficile à traduire dans notre langue. Cependant, devant le succès de celle-ci, Robin Hobb (Margaret Astrid Lindholm de son vrai nom) allait écrire deux autres séries de romans avec les mêmes personnages. De plus, elle proposerait d'autres livres encore, comme Les Aventuriers de la Mer, prenant place dans le même univers, qu'elle regrouperait au sein d'un vaste ensemble appelé Le Royaume des Anciens (The Realm of the Elderlings, en VO). Et pour compliquer le tout, les éditeurs français, qui voient généralement la fantasy comme un genre mineur destiné avant tout à soutirer le maximum d'argent à un public de bibliovores décérébrés, ont découpé en plusieurs petits livres les oeuvres originales.

ROBIN HOBB - Royal Assassin

Lire la suite...

08fév. 2007

ROBIN HOBB - Assassin's Quest

Ca y est, enfin ça bouge. Après deux romans où elle a cultivé à l’extrême l’art du teasing, Robin Hobb s’est enfin décidée à faire voyager son héros. Après 1500 pages où l’essentiel de l’action s’est déroulée dans le seul château de Buckkeep (Castelcerf dans la version française), l’Assassin Royal prend la route et part accomplir sa quête à l’autre bout du monde. C’est le troisième et dernier volet de la série des Farseer, la première trilogie consacrée au bâtard FitzChivalry, et cette fois, c’est clair, le récit se dirige vers son apothéose. Après quelques dizaines de pages où le personnage principal émerge péniblement de ses déconvenues et souffrances passées, tout comme dans le volume précédent d’ailleurs, ce roman-là part sur les chapeaux de roue.

ROBIN HOBB - Assassin's Quest

Lire la suite...

13avr. 2006

ROBIN HOBB - Royal Assassin (L'Assassin du Roi)

Royal Assassin, deuxième volet de la trilogie des Farseer, est construit sur le même mode que le premier, Assassin’s Apprentice. Pendant 600 pages, il ne se passe rien, ou pas grand-chose. Contrairement à d’autres œuvres de fantasy où les héros combattent à tour de bras et traversent sans cesse des contrées toutes plus étranges les unes que les autres, celle-ci est très statique. Hormis de rares sorties guerrières, les personnages principaux ne quittent pas Buckkeep, la ville et le château au cœur de l’intrigue. Et puis dans les derniers chapitres, tout s’affole, l’action et les personnages s’emballent, et tous les petits détails qui se sont accumulés pendant les parties précédentes, au cours de ce très long calme avant la tempête, dévoilent enfin leur sens.

ROBIN HOBB - Royal Assassin

Lire la suite...

17sept. 2005

ROBIN HOBB - Assassin's Apprentice (L'Apprenti Assassin)

Il y a deux façons de traiter avec la littérature de genre. L’écrivain peut choisir de la maltraiter, de jouer avec ses codes, de les transgresser, de les pervertir, de les questionner, de les pousser dans leurs retranchements, de déformer les cadres et les principes établis. Ou bien il fait fi de toute originalité et vise au contraire à écrire l’archétype parfait de cette littérature, le modèle, le référent, il travaille les clichés, les poncifs et les passages obligés jusqu’à leur substantifique moelle. Sans conteste, Robin Hobb entre dans la deuxième catégorie. Depuis ce présent livre, Assassin’s Apprentice, et au rythme d’une sortie par an, elle est devenue une figure de la fantasy contemporaine, l’une de celles qui l'a fait sortir du ghetto et qui lui a acquis de nouveaux publics.

ROBIN HOBB - Assassin's Apprentice

Lire la suite...