12oct. 2016

MICHEL PASTOUREAU - Noir, Histoire d'une Couleur

A l'origine, quand Michel Pastoureau a publié son histoire de la couleur bleue, quand il a retracé dans le détail la passionante évolution de sa valeur symbolique et de sa perception en Occident, il prévoyait de s'arrêter là. Cependant, en raison de son succès (le livre se vendit bien, et il fut traduit), son éditeur insista pour qu'il décline la formule. D'abord rétif, l'historien finit par céder. Cette année même, par exemple, il a publié un volume consacré au rouge. Et trois années plus tôt, il avait traité du vert. Sa suite immédiate à Bleu, toutefois, fut dédiée au noir, et ce choix fut tout sauf aléatoire : en traitant aussi vite de cette teinte, Michel Pastoureau a voulu consacrer le noir comme couleur à part entière, ce qu'elle n'a pas toujours été, au fil des âges.

MICHEL PASTOUREAU - Noir, Histoire d'une Couleur

Lire la suite...

23sept. 2016

MICHEL ROQUEBERT - Histoire des Cathares

Dans la France actuelle, ici ou là, se manifeste souvent le besoin de recréer des identités régionales, de réanimer des sentiments d'appartenance mis à mal par deux siècles et plus de jacobinisme. Dans le Sud du pays, dans les frontières (peu ou prou) de la nouvelle région d'Occitanie, cela se traduit en partie par une redécouverte du passé cathare. Hérétique au regard du clergé papal, cette religion du Moyen-âge a beau avoir été éradiquée, les ruines de ses forteresses sont devenues un lieu de tourisme, et elle suscite l'intérêt de moult contemporains. Cet intérêt est nourri par ce besoin de racines, mais aussi, parfois, par une défiance envers Paris et le Nord, d'où vinrent les persécuteurs, ainsi que par un fort anticléricalisme, par l'hostilité envers un catholicisme dont les pires travers ont été incarnés par une institution qui, précisément, naquit et s'épanouit en tourmentant les Cathares : l'Inquisition.

MICHEL ROQUEBERT - Histoire des Cathares

Lire la suite...

19août 2016

MARK LAWRENCE - Prince of Thorns (Le Prince Ecorché)

Depuis une trentaine d'années, la fantasy s'escrime à s'émanciper de l'image manichéenne dont elle a longtemps souffert. Peu à peu, elle a opté pour un ton pessimiste et mis en scène des personnages ambigus, à même de recourir à la violence et de mettre leur conscience en sourdine. Les romans de Glen Cook, de George R. R. Martin ou de Joe Abercrombie nous enseignent que le Bien et le Mal sont des notions relatives, que tout est affaire de perception. que l'angélisme ne mène à rien, et que la complexité du monde oblige les meilleurs à accepter des compromis avec la morale. Mais rarement leurs héros (ou antihéros, selon), ont été franchement mauvais. Mark Lawrence, lui, a choisi cependant de franchir cette ligne, et de faire du jeune prince Honorius Jorg Ancrath un personnage intrinsèquement maléfique.

MARK LAWRENCE - Prince of Thorns

Lire la suite...

03août 2016

TERRY PRATCHETT - Equal Rites (La Huitième Fille)

Terry Pratchett s'est engagé dans la série du Monde du Disque pour tourner en dérision les clichés du genre littéraire qui, adolescent, l'avait totalement absorbé : la fantasy. Dès l'origine, ses romans en ont été un pastiche, doublé d'une satire de la société actuelle. Les deux premiers, cependant, partaient encore dans tous les sens. On pouvait y trouver, pêle-mêle, un barbare vieillissant, un magicien raté, des critiques à l'encontre des touristes ou des agents d'assurance, et des allusions à l'informatique, mais aucun ne s'employait vraiment à raconter une histoire. Tout juste a-t-on perçu le début d'une intrigue avec le deuxième, The Light Fantastic. Mais pour l'essentiel, tout n'a été que prétextes à parodies, fous rires et situations cocasses.

TERRY PRATCHETT - Equal Rites

Lire la suite...

01juil. 2016

JOE ABERCROMBIE - Half a War (La Moitié d'une Guerre)

"Half a War", s'intitule l'ultime volet de la trilogie The Shattered Sea, de Joe Abercrombie. La Moitié d'une Guerre. Mais ce titre est trompeur, car le livre ne nous parle pas d'une guerre tiède et sans combat, comme on pourrait le penser. Au contraire, fidèle aux canons de la fantasy, la saga se termine dans une apothéose de batailles, de violence et de retournements de situation. Le titre, en fait, est le début d'un aphorisme : la moitié seulement d'une guerre se gagne avec les armes ; la moitié d'une guerre se gagne avec des mots. Fidèle à sa vision cynique du monde, l'auteur anglais nous dépeint un conflit, celui même qui couvait dans les volumes d'avant, dont la résolution se fait dans les coulisses, par les coups bas de politiciens machiavéliques et sans scrupule.

JOE ABERCROMBIE - Half a War

Lire la suite...

11juin 2016

GLEN COOK - She Is the Darkness (Elle Est les Ténèbres)

A cause de sa noirceur, du questionnement moral qui en est le cœur, et du réalisme des rapports humains qu'elle dépeint, on a souvent vanté en la saga The Black Company le précurseur d'une fantasy moderne, plus ambigüe, plus pessimiste et plus terre-à-terre que celle des origines. Mais son auteur, Glen Cook, a parfois aussi fait preuve de suivisme. Il a accompagné les évolutions de son genre de prédilection, tout autant qu'il les a devancées, comme le montre la troisième série de l'épopée, la dernière (à moins, comme il l'a annoncé il y a peu, qu'il ne reprenne la plume pour une suite). Ecrite dans la seconde moitié des années 90, elle est d'une certaine façon plus moderne que les premiers volets, mais aussi nettement moins énergique et captivante.

GLEN COOK - She Is the Darkness

Lire la suite...

25avr. 2016

PHILIP K. DICK - The Man in the High Castle (Le Maître du Haut Château)

L'un des principaux livres de l'un des plus grands auteurs de science-fiction n'est, en fait, pas un livre de science-fiction. Il relève de l'uchronie, sous-genre des littératures de l'imaginaire qui s'enquiert de ce que le monde aurait été, s'il avait emprunté un chemin différent de celui qui l'a mené jusqu'à nous. Si l'Histoire, avec un grand "h", avait été toute autre que ce qu'elle a été, parce qu'une bataille aurait été perdue plutôt que gagnée, parce qu'une catastrophe serait arrivée, parce que nos dirigeants auraient pris d'autres décisions. Cette distinction entre la science-fiction et l'uchronie, Philip K. Dick la souligne lui-même dans The Man in the High Castle, via l'un de ses personnages.

PHILIP K. DICK - The Man in the High Castle

Lire la suite...

11avr. 2016

GLEN COOK - Bleak Seasons (Saisons Funestes)

"Bleak" est un mot anglais qui veut dire quelque chose comme "désolé", ou "lugubre". Et il donne une idée fidèle du contenu de cet épisode de la saga The Black Company, le premier de la série The Glittering Stone. Car en fait, il ne se passe pas grand-chose dans ce livre, qui se consacre pour l'essentiel à nous relater les mêmes événements que ceux du volume précédent, mais du point de vue d'un nouveau narrateur, le porte-drapeau Murgen. Celui-ci, en effet, avait pris la tête de la compagnie de mercenaires coincés en ville pendant le siège de Dejagore, et il avait entrepris, comme Lady de son côté, de poursuivre le travail d'annaliste autrefois assuré par son capitaine disparu.

GLEN COOK - Bleak Seasons

Lire la suite...

07mar. 2016

JOE ABERCROMBIE - Half the World (La Moitié d'un Monde)

Le génie de l'auteur de Harry Potter (ou plus exactement, l'une des nombreuses manifestations de son génie), a été de se conformer, à travers les épisodes de la série, au vieillissement de son héros, et d'accompagner ainsi celui de ses lecteurs. A mesure que l'intrigue progressait, elle devenait plus complexe, plus sombre et plus cruelle. J. K. Rowling a fait de son œuvre, en quelque sorte, un roman d'apprentissage total. Cette logique, un autre écrivain britannique, Joe Abercrombie, l'applique à sa dernière trilogie, The Shattered See. Clairement, il a voulu la destiner à un public d'adolescents, à l'inverse de la série très adulte The First Law, qui en a fait une valeur montante de la fantasy. Cependant, dès la fin du premier livre, Half a King, on retrouvait certains traits, plus cyniques et ambigus, du vieil Abercombie. Et ils sont encore plus visibles dans le second volume de la saga, Half the World.

JOE ABERCROMBIE – Half the World

Lire la suite...

08fév. 2016

JOE ABERCROMBIE - Half a King (La Moitié d'un Roi)

Depuis son premier livre, The First Law, on s'est pris de passion pour la fantasy de Joe Abercrombie. Celle-ci est, d'habitude, tordue, complexe et pessimiste. Elle est remplie de personnages ambigus, tout à la fois cruels et attachants, jetés dans un univers noir où la nécessité fait loi. Rien n'y est jamais ni évident, ni prévisible, ni acquis. La volonté de puissance est le seul ressort du monde. La violence, la torture et le chantage y sont des expédients routiniers. Et le sexe y est plus commun que l'amour. Bref, l'écrivain anglais a pris toute sa place, l'une des toutes premières, au bout de la longue route qui a mené cette littérature de genre, bien trop longtemps et abusivement estampillée "jeunesse", vers l'âge adulte. Mais avec Half a King, il rebrousse chemin, et il propose un roman plus académique, taillé pour les adolescents.

JOE ABERCROMBIE - Half a King

Lire la suite...

18janv. 2016

TERRY PRATCHETT - The Light Fantastic (Le Huitième Sortilège)

Dans la seconde édition de la longue série de romans consacrés au Discoworld, que le regretté Terry Pratchett entreprit dans les années 80, l'auteur anglais assumait plus que jamais ce qui était la caractéristique primordiale de sa grande saga : l'humour. The Light Fantastic était, en quelque sorte, l'amplification de son prédécesseur, The Colour of Magic. Il en reprenait les personnages principaux, le mage raté Rincewind et l'ingénu Twoflowers, qu'il sauvait du sort terrible qui leur avait été réservé dans le premier livre. Il mettait aussi en scène, encore une fois, l'inénarrable bagage sur pattes du second. Et il emmenait à nouveau ces gens dans d'incessantes pérégrinations et mésaventures, en plusieurs endroits du Monde du Disque.

TERRY PRATCHETT - The Light Fantastic

Lire la suite...

02janv. 2016

J. J. ABRAMS - Star Wars VII - The Force Awakens (Le Réveil de la Force)

La nouvelle série Star Wars, entamée par J. J. Abrams sous l'égide de Disney, repose sur un postulat largement partagé, tant par les fans que par la critique : celui selon lequel la trilogie originelle du film, celle signée par George Lucas dans les années 70 et 80, serait infiniment supérieure à celle proposée 15 ou 20 ans plus tard par le même. Il fallait, de toute urgence, tourner la page des trois derniers épisodes, pour retrouver l'esprit des films à l'origine du succès incroyable de ce qui est devenu, aujourd'hui, la mythologie la plus puissante et la plus partagée à l'échelle de notre planète. Si l'on considère que ce postulat est juste, le défi a été relevé avec ce premier volet, Le Réveil de la Force / The Force Awakens. Seulement voilà, l'est-il vraiment ?

J. J. ABRAMS - Star Wars VII - The Force Awakens

Lire la suite...

24déc. 2015

YVES NARBONNE - Le Souffle du Cerbère

Depuis de nombreuses années, retiré sur une île au bout du monde, Maître Fang prépare son disciple, Yraë, l'Oiseau de Feu. Le devin a initié le garçon aux arts de la magie et du combat. Il lui a enseigné la méditation et une forme de discipline qui se manifeste par un mutisme parfait, et tout cela dans un seul but : qu'il mène à bien une mission périlleuse, dont dépendra la survie de la planète Oquä Orah. Et voilà maintenant, pour les deux hommes, que le temps est venu d'accomplir cette destinée, et avant cela de traverser le monde de part en part, d'affronter ses périls avec quelques compagnons trouvés en route, et une poignée de puissants et mystérieux ennemis aux trousses.

YVES NARBONNE - Le Souffle du Cerbère

Lire la suite...

29nov. 2015

ROBERT KIRKMAN - The Walking Dead: Compendium Three

Parmi les reproches qui ont été adressés à The Walking Dead figure celui-ci : ce serait, en fait, comme on l'a déjà dit ici, une sorte de soap opera, dont la seule originalité serait de se dérouler chez les zombies. On y verrait une galerie de personnages, empêtrés dans une histoire sans fin qui ne suivrait aucune intrigue, qui ne serait en fait qu'une suite d'événements aléatoires. La seule différence, c'est que la question ne serait plus de savoir qui couchera avec qui, mais plutôt quel sera le prochain héros mangé tout cru par un mort-vivant, ou pris pour cible par le prochain chef de clan hostile. Si ces critiques ne sont pas tout à fait absurdes, elles sont cependant infondées. La troisième compilation des comics, sortie opportunément au moment même où démarrait la sixième saison de son adaptation télévisée, prouve encore que The Walking Dead, en tout cas dans sa version papier, vaut bien plus que cela.

ROBERT KIRKMAN - The Walking Dead: Compendium Three

Lire la suite...

07nov. 2015

POUL ANDERSON - The High Crusade (Les Croisés du Cosmos)

Si Poul Anderson a été précurseur en une chose, en matière de science-fiction, c'est par sa passion pour l'Histoire. Il l'a illustrée bien sûr dans sa série la plus célèbre, la Patrouille du Temps, ainsi que par des romans historiques. Mais on la retrouve ailleurs, comme dans ce livre savoureux qu'est The High Crusade, considéré par certains comme un classique du genre, ainsi que dans cette suite qu'est la courte nouvelle "Quest". Le début de l'intrigue a pourtant tout de la tarte à la crème : des extra-terrestres hostiles débarquent sur la Terre, dans le but de se l'approprier, et de réduire en esclavage sa population. Mais ce qui va tout changer, comparé aux histoires de ce type, c'est que celle-ci survient au XIVème siècle, en pleine Angleterre médiévale.

POUL ANDERSON - The High Crusade

Lire la suite...

26oct. 2015

ESPARBEC - La Pharmacienne

Commençons par exposer les choses clairement : ce livre est nul. L'auteur affirme qu'il devrait, en toute logique, exister de bons romans pornos, comme il y a de bons polars, ou de bons livres de science-fiction. Assurément, oui, ça devrait être le cas. Mais La Pharmacienne n'est pas celui-ci. L'histoire, un huis-clos entre cinq personnes dans une maison bourgeoise, avec au centre une MILF qui a le feu au cul (la fameuse pharmacienne), ressemble à du mauvais théâtre de boulevard. Et les scènes de sexe se résument pour l'essentiel à une succession attendue de turlutes et de sodomies, mettant systématiquement en scène un vilain pervers et une fausse oie blanche qui minaude, mais qui au fond aime ça, avec quelquefois un troisième larron dans la position du voyeur. Même cette anomalie qu'est la scène homosexuelle de la fin, suit en fait quasiment le même schéma que toutes les autres.

cc

Lire la suite...

19oct. 2015

GLEN COOK - The Silver Spike (La Pointe d'Argent)

En lançant sa deuxième salve d'ouvrages consacrés à la Black Company, celle désignée sous le nom des "Livres du Sud", Glen Cook avait abandonné certains de ses héros. Plusieurs, et non des moindres, comme Raven, Silent et Darling, avaient choisi de rester sur le continent Nord. Ils n'avaient pas entrepris cette longue quête des origines lancée par Croaker, leur nouveau capitaine, et par les autres survivants de la compagnie de mercenaires, cette longue descente vers le mystérieux Khatovar. Aussi l'auteur, en parallèle, s'était-il lancé dans un spin-off, et raconté dans un roman distinct, The Silver Spike, les ultimes aventures des autres protagonistes des "Livres du Nord".

GLEN COOK - The Silver Spike

Lire la suite...

17oct. 2015

JACQUES HEERS - Le Moyen-âge, une Imposture

On le sait maintenant : la noirceur des temps médiévaux a été exagérée. Leur réputation exécrable n'est pas totalement justifiée. Le Moyen-âge, en fait, n'a sans doute pas été l'époque de violence et d'abus que l'on a dépeinte ; en tout cas pas seulement, pas tout à fait, et pas plus que les autres. De nombreux historiens se sont employés, dans les dernières décennies, à dissiper ou à nuancer cette légende noire, à prouver que cette phase de l'Histoire a été autre chose qu'une longue nuit. Et Jacques Heers, a été l'un d'entre eux. Il est même allé bien plus loin que tout autre, dans ce livre, Le Moyen-âge, une Imposture, une charge violente et passionnée contre les clichés et les erreurs qui ont pollué l'étude et la représentation de cette époque. "Tout est à revoir, tout est faux", ne cesse-t-il de répéter, tout au long de cet exposé passionné.

JACQUES HEERS - Le Moyen-âge, une Imposture

Lire la suite...

03oct. 2015

MATHIEU MENEGAUX - Je me Suis Tue

Pour son premier roman, Mathieu Ménégaux ne s'est pas simplifié la tâche. Cet homme, dont le premier métier est le conseil en management, a voulu se mettre dans la peau d'une femme, écrivant l'histoire atroce de son héroïne, Claire, à la première personne. Il nous fait part du cheminement de ses pensées, il nous parle des luttes intérieures qui la conduiront à commettre l'irréparable, puis à se retrouver dans cette cellule où son récit commence. Qui plus est, ce roman ne se contente pas de traiter de psychologie féminine. Il le fait sur ce qu'il y a de plus intime : le sexe, le désir d'enfant, la maternité.

MATHIEU MENEGAUX - Je me Suis Tue

Lire la suite...

24août 2015

GLEN COOK - Dreams of Steel (Rêves d'Acier)

Le destin normal d'une saga de fantasy, c'est d'avoir un début retentissant, dès les deux ou trois premiers tomes, puis de vivre sur ses acquis et de compter ensuite sur la fidélité des fans, lesquels ne souhaitent alors plus qu'une chose : en connaître la fin. Cette règle, cependant, ne s'applique pas à la Black Company. Il se pourrait bien, au contraire, que le cinquième volume de la série, le second de la série des Livres du Sud, soit en fait supérieur à tous ses prédécesseurs. Il cumule en tout cas leurs qualités : comme dans les premiers volumes, Glen Cook nous propose un compte-rendu réaliste de la vie militaire et il met en scène des héros ambigus ; mais aussi, comme avec le précédent tome, Shadow Games, il élargit l'intrigue à toute l'histoire de la Compagnie, lui apportant un souffle épique qui lui manquait parfois, autrefois.

GLEN COOK - Dreams of Steel

Lire la suite...

- page 1 de 10